Qu’est-ce que le flexitarisme ?

Nous devrions consommer 50% de protéines végétales et 50% de protéines animales. Or, actuellement, nous consommons environ 80 à 70% de protéines animales pour 20 à 30% de protéines végétales. Le flexitarisme est l’une des solutions pour inverser la tendance. Décryptage.

Définition du flexitarisme : une nouvelle manière de s’alimenter

Le flexitarisme ou semi-végétarisme désigne les personnes qui mangent des plats végétariens chez eux et n’achètent donc ni viandes ni poissons mais qui consomment de temps à autre des produits animaux. Cette consommation très occasionnelle est motivée par la recherche du plaisir ou tout simplement par un souci d’ordre pratique, pour des occasions particulières (repas de fêtes, repas chez des amis, …). Tout comme les végétariens, les « flexitariens » consomment des œufs et du lait animal. Ce sont les végétaliens (ou vegans) qui refusent de consommer tous produits issus de l’exploitation animale, y compris le miel, les œufs, le lait, le cuir, …etc. Le flexitarisme est un bon moyen de manger plus sainement sans « se priver ». Il peut servir, ou non, de phase de transition entre l’omnivorisme et le végétarisme. Le flexitarisme peut être motivé par des considérations d’ordre éthiques, environnementales, médicales ou tout simplement par goût.

Le flexitarisme est-il dangereux pour la santé ?

Le flexitarien continue toujours de consommer des yaourts, du beurre, du lait … Il n’y a donc aucun risque de carence en calcium. Il n’y a également aucun risque de carence en protéines puisqu’il s’autorise de temps à autre de consommer de la viande ou du poisson et qu’il consomme régulièrement des œufs et des produits laitiers. De plus, il est possible de trouver tous ces nutriments dans les végétaux. Le flexitarisme n'est donc à priori pas dangereux pour la santé à condition de varier son alimentation. Attention également aux personnes "à risques" comme les femmes enceintes ou les enfants en pleine croissance. Il est préférable de consulter un professionnel de la santé (médecin, nutritionniste, ...) avant d'entamer un changement aussi important de régime alimentaire. Il saura vous conseiller. 

Comment devenir flexitarien ?

Puisque les flexitariens sont des « végétariens à temps partiel », ils doivent eux aussi adopter de nouveaux réflexes :

  • Consommer de préférence un plat composé d’une ou plusieurs variétés de légumineuses (haricots, pois, lentilles, …) et de céréales (riz, pommes de terre, pâtes, blé cuit, …). De nombreuses cultures font déjà naturellement ces associations. Les haricots rouges avec le maïs pour l’Amérique du Sud, les lentilles avec le riz pour l’Inde, la semoule avec les pois chiches pour le Maghreb, …etc.
  • N’hésitez pas à découvrir de « nouveaux aliments » riches en protéines complètes : seitan, tofu (nature, fumé, soyeux, aux amandes, …),  quinoa, tempeh, … etc.
  • Privilégiez les céréales complètes.
  • N’oubliez pas de consommer des noix et graines (30-60g par jour) : une poignée d’amandes en en-cas, quelques noix du brésil au petit-déjeuner, … Elles sont très riches en protéines et en acides gras essentiels.

Le flexitarisme est un mode de vie qui privilégie les protéines végétales sans sensation de "privation" puisque le flexitarien consomme de manière occasionnelle de la viande ou du poisson.

Tout savoir sur les régimes alimentaires :

> V comme végétalien … Être végétalien et en bonne santé

Qu’est-ce que le crudivorisme ?

Ça consiste en quoi être végétalien ?

Est-ce que je prends un risque si je choisis d’être végétarien ?

Les légumineuses, une source de protéines idéales pour les végétariens

par Anaïs de Mieux Vivre G. le 15 Juillet 2014
Aucun vote pour le moment
0 commentaire
Et vous, vous en pensez quoi ?
Pour poster un commentaire, remplissez le formulaire ci-dessous, ou connectez-vous à votre compte (la création d'un compte vous permettra de proposer un article ou une recette).
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.